Santé: vers une nouvelle complémentaire créée par les médecins

Plusieurs professionnels de la santé (médecins généralistes et spécialistes) viennent de lancer un projet de création de complémentaire santé baptisé « La Mutuelle libre – assurance santé », nous apprend boursier.com. Selon ses promoteurs, issus du mouvement « les médecins ne sont pas des pigeons », ce projet se justifierait par la hausse des cotisations des mutuelles actuelles et les frais de gestion trop élevés. Ces réalités sont en effet évoquées sur leur page Internet de présentation.

Comparez rapidement le prix d'une mutuelle adaptée à vos besoins
Trouver une bonne Mutuelle

Santé vers une nouvelle complémentaire créée par les médecinsDes cotisations égales

Ce projet suppose des cotisations égales pour des services offrant les meilleures couvertures, grâce à la réduction des frais de gestion et des dépenses publicitaires. Ainsi, la charte ambitionne de fournir une complémentaire « vertueuse, novatrice, et transparente ». En effet, toutes les cotisations serviront à la prise en charge des patients.

Ainsi, les professionnels de santé engagés dans ce projet de Mutuelle libre lancent un appel à contribution. Via leur site Internet, ils incitent à devenir membre fondateur, en versant entre 1 et 10 000 euros. L’objectif serait de réunir 3 millions d’euros pour déposer les statuts avant la fin de l’année et signer les premiers contrats au printemps, indique un des médecins dans le projet. D’ici là, les mutuelles en place ne devraient pas manquer de répliquer. Cette Mutuelle libre sera régie par le Code des Assurances. Si elle voit le jour, la Mutuelle libre promet de ne pas faire de publicité, afin que « tout l’argent aille dans les soins ». Pour le moment, le projet doit être présenté à l’Autorité de Contrôle Prudentiel ou ACP.

Optimisation de l’accès aux soins

« Payer les soins au tarif juste », tel est l’objectif principal de la Mutuelle libre, sans prendre en charge les dépassements d’honoraires dits excessifs. Ainsi, un des médecins évoque un « zéro reste à charge » pour le patient adhérent, et « des actes rémunérés au juste coût ». Pourtant, les tarifs proposés ne seront pas plus élevés que ceux des autres complémentaires du marché. Si tout se passe bien, et que l’ACP accepte le projet, les premiers contrats devraient être disponibles courant du second trimestre 2013.